Google Grants: Bénédiction ou malédiction?

Saviez-vous que Google peut vous offrir jusqu’à 40’000$* de crédit Adwords? 480’000 dollars annuels à dépenser en publicité sur son moteur de recherche. Cela s’appelle les Google Grants. Mais voilà, la condition est qu’il vous faudra être reconnu d’utilité publique. Et oui, logique, je voyais déjà vos yeux cupides briller en vous imaginant assis sur une montagne de cash prêt à être ventilé sur le net.

Extraordinaire, magnifique, grandiose! Pas tout à fait… Google met ses conditions car ils ne font pas cela uniquement par charité. Je vous conseille d’aller jeter un petit coup d’œil sur le site Google for Non-Profit pour toutes les informations sur les Grants et les autres les services pour les ONG. Google est aussi un grand donateur, mais ici n’est pas le sujet.

Les conditions qui tuent.

40’000 balles à dépenser chaque mois, avec 2 conditions. Tadam, roulement de tambours, les voici (à lire avec une voix solennelle)

  1. Tu n’enchériras pas au dessus de 1$ par mot clef! Donc tu n’achèteras jamais le terme “immobilier Genève”. Surtout, les mots clefs les moins chers sont généralement les moins intéressants, ceux qui génèrent le moins de trafic. Vous partez avec un handicap.
  2. Tu ne publieras tes annonces que sur le moteur de recherche Google.com. Pas de réseau display baby! Normal, si vous affichez des annonces sur votre site personnel, vous souhaitez aussi que Google vous donne votre commission. Donc Google perderait de l’argent et ça ne les arrange pas. Sur le moteur de recherche Google est chez lui.

L’avantage

Alors bien sûr, avec ce montant, vous pouvez virtuellement générer plus de 40’000 visites mensuelles sur le site de votre organisation. Je parie que ça doit plus que doubler le trafic de pas mal d’ONG. Si vous faites bien votre travail, vous arriverez certainement à en convertir une partie en donateur, en fans Facebook ou abonnés de votre newsletter.

Les inconvénients

Il vous faudra bien quelqu’un pour s’en occuper. A première vue les Adwords ça l’air simple, vous écrivez une annonce, la liez à une page et des mots clefs dédié. Et voilà, c’est prêt, l’histoire est réglée. Pas si vite papillon. On se retrouve rapidement avec des miliers de mots clef et des dizaines (centaines) d’annonces à monitorer chaque semaine (jour). En fin de compte, il vous faudra un partenaire spécialisé, une agence de communication qui fait du Adwords, si possible avec une expérience dans les Google Grants. J’ai cherché en Suisse (Romande) et pas moyen de mettre la main sur l’oiseau rare. Et qui veut dire agence, veut dire budget dédié…

Le plus difficile va être généré du trafic qualifié. car des miliers de visites sur des mots clefs bidons vous apporteront que un taux de rebond élevé.

L’agenda caché de Google

Sous couvert de charité, je suspecte Google de faire monter les prix de millions de mots clefs peu cher. Et finalement de pousser les organisations à acheter ces termes qui sont devenu inabordables avec le programme Google Grants. Mais je ne pense pas qu’on puisse blâme Google ici, l’opportunité que l’entreprise offre aux ONG est vraiment intéressante si elle est bien gérée.

Alors pour finir, une bénédiction ou malédiction?

 

* Au début du programme vous recevrez “que” 10’000$, par la suite vous pouvez postuler pour un compte Premium et quadrupler la somme.

 

Cats in bread, cat breading
J’ai pensé que cet article méritait un peu de Cat Breading, vous en pensez quoi?

 

Image: Creative Commons Flickr user Mait Juriado

Yann Graf

I am an experienced Digital Strategy Consultant based in Switzerland. After over seven year respectfully crafting and improving the digital presence of Terre des hommes, Nautilus and G-Star Raw, I am now a freelancer. Please have a look at my Portfolio